Illustration de Donna (@donna.verygoodgirl) pour le LABdiff 3
LABdiff

ÉDIFICE WILDER | ESPACE VERT

4 MAI 2024 - 19H

5 MAI 2024 - 16H

6 MAI 2024 - 19H

-

TARIF: 20$

AVERTISSEMENT: Cette présentation comporte des effets stroboscopiques.

Soutien à la production de Laura Jeffery offert par

Rachelle Bourget + Laura Jeffery + Alexandra Templier & Sarah Bronsard_La Sporée

LABdiff 3

Enfilez vos pantoufles, allez vous chercher un verre et découvrez trois propositions artistiques en chantier lors d’une soirée éclatée et conviviale pour la saison inaugurale du LABdiff! Suite à une recherche exploratoire de trois semaines dans notre underground bien à nous, l’Espace Vert, les artistes vous offrent le fruit de leurs expérimentations sous forme de présentation publique. Avec ce nouveau modèle de présentation, Tangente ouvre les portes de son laboratoire pour cultiver une relation privilégiée et intime entre artistes et spectateur·rices.

20 minutes

Rachelle Bourget

Établie à Montréal, Rachelle Bourget est une artiste de danse contemporaine originaire de Winnipeg, au Manitoba. Diplômée de la School of Contemporary Dancers, elle a travaillé avec Daina Ashbee, Paco Ziel, Winnipeg’s Contemporary Dancers, ENTITEY/jason martin, VIVUS James Viveiros, Danse K par K, @tendance/C.Medina, Pablo Bronstein et Riley Sims. Elle a ensuite développé sa pratique artistique par la création d’œuvres solos, principalement AFTER THE CAUSE, qui a été présentée à Winnipeg au Rachel Browne Theatre (2019), à Montréal à Tangente (2021) et au Festival OFFTA (2022).

Viscéral·Expérimental·Physique
Portrait de Rachelle Bourget, dans MERIDIAN RESPONSE présenté à Tangente, crédit Jonathan Malenfant
Rachelle Bourget
Chorégraphie
Portrait de Luce Lainé, dans MERIDIAN RESPONSE présenté à Tangente, crédit Justine Latour
Luce Lainé
Interprétation
Portrait de Kyana Lyne, dans MERIDIAN RESPONSE présenté à Tangente, crédit Saria Chatila
Kyana Lyne
Interprétation
Portrait de Jonathan Goulet, dans MERIDIAN RESPONSE présenté à Tangente, crédit Jonathan Goulet
Jonathan Goulet
Composition musicale
Portrait de Sara Hanley, dans MERIDIAN RESPONSE présenté à Tangente, crédit Marie-Noele Pilon
Sara Hanley
Direction des répétitions
Portrait de Mathieu Leroux, dans MERIDIAN RESPONSE présenté à Tangente, crédit Julia Marois
Mathieu Leroux
Dramaturgie
Portrait de Jason Martin, dans MERIDIAN RESPONSE présenté à Tangente, crédit Efrat Mazor
Jason Martin
Consultation artistique
Portrait de Marguerite Hudon, dans MERIDIAN RESPONSE présenté à Tangente, crédit Maxime Côté
Marguerite Hudon
Conception d'éclairage

Résidences LA SERRE – arts vivants (2022, 2023), Studio 303 (2022), Les Labos du 4ème – Usine C (2024), Tangente (2024)

Ma motivation artistique est de créer des œuvres chargées en émotion, encourageant la réflexion sur le sentiment individuel et collectif. J’ai exploré les thèmes de la honte, de la confession, de l’isolement et de la déconstruction du sexe et de la beauté. Dans mon œuvre solo AFTER THE CAUSE, j’ai développé mon processus créatif en abordant certaines de mes confrontations émotionnelles les plus sombres avec la toxicomanie, créant ainsi un ton avec lequel le public pouvait à la fois entrer en résonance et le rejeter. Le cœur de mon processus créatif se développe à partir d’expériences de répression découvertes au cours d’une réflexion personnelle. Je suis fascinée par le secret et les aspects que nous dissimulons et que nous exposons à notre tour.

Je sors du rôle de chorégraphe et d’interprète pour approfondir mon processus en créant mon premier duo, MERIDIAN RESPONSE, une création de danse contemporaine et de son qui examine les relations entre les sensations de plaisir perçues et ressenties. J’espère articuler mon langage chorégraphique et affiner mon approche créative en incorporant différentes formes de communication sensuelle, auditive et physique.

Lors de ses études à l’École de danse contemporaine de Montréal, Luce Lainé débute sa carrière grâce à sa rencontre avec Sarah Dell’Ava et la pratique du mouvement authentique, donnant lieu aux performances O2 et O. En 2020, Luce cofonde le collectif les petits papiers avec Philippe Dépelteau et Marie Lévêque. En 2022, elle participe à Vingt-cinq kilomètres, un court-métrage de Marie Lévêque, et rejoint Invisible d’Aurélie Pédron, présenté à l’OFFTA. En 2023, elle participe à l’installation S’imbriquer de Philippe Dépelteau et à Mascarades de Katia-Marie Germain. Pour 2024, elle joue dans La symphonie des cœurs de Rhodnie Désir et MERIDIAN RESPONSE de Rachelle Bourget.

Kyana Lyne est interprète et chorégraphe en danse contemporaine travaillant dans les arts de la scène et la danse sur film basée à Tiohtià:ke/Mooniyaang/Montréal. Depuis 2020, ses films chorégraphiques ont été projetés dans divers festivals tels que Hot Docs, Rhode Island Film Festival, REGARD, FIFA et Rendez-vous Québec Cinéma. En tant qu’artiste multidisciplinaire, Kyana collabore avec divers organismes tels que le Wapikoni Mobile et le Migration Dance Film Project, et des initiatives de recherche en danse avec Linda Rabin, Caroline Namts et Rachelle Bourget. Parallèlement, elle est aussi interprète pour le Projet Héritage de la Fondation Margie Gillis depuis 2021.

Jonathan Goulet est compositeur et vidéaste. Ses œuvres instrumentales ont été créées par plusieurs solistes et ensembles québécois, dont Magnitude 6, Pallade Musica, Vincent Lauzer, Aka et l’Orchestre de la Francophonie. L’artiste multidisciplinaire collabore régulièrement en tant que compositeur, concepteur sonore ou interprète avec plusieurs chorégraphes, dont Alexandre Morin, Jason Martin, Sara Hanley et Rachelle Bourget. Il est cofondateur du duo d’art interdisciplinaire Other Animals, un groupe dédié à la création sous toutes formes et médiums.

Artiste montréalaise, Sara Hanley est impliquée dans le milieu de la danse contemporaine depuis 1997. Formée d’abord comme interprète, elle contribue à la création d’œuvres de nombreux chorégraphes. Interpelée par la démocratisation de l’art, elle obtient une maîtrise en éducation artistique qui l’amène à élaborer des projets avec différentes communautés. Ses projets investiguent la relation imbriquée entre le corps et l’environnement à travers des processus de réciprocité et de transformation. Sara enseigne la danse à l’Université Concordia, l’UQAM et l’École de danse de Québec. Elle agit également comme conseillère artistique auprès de chorégraphes établis et de la relève.

Écrivain, comédien/danseur, metteur en scène et dramaturge en danse, Mathieu Leroux est diplômé de l’École supérieure de théâtre de l’UQAM et est détenteur d’une maîtrise en littérature française (UdeM). En danse, il travaille depuis plusieurs années aux côtés, entre autres, de Victor Quijada et Alexandre Morin. Il est mentor à Danse à la carte (dramaturgie) depuis 2018 et danse dans Plasticity/Desires de Other Animals au MAI (Montréal, arts interculturels). On lui doit plusieurs publications, notamment les romans Dans la cage (Héliotrope, 2013), Avec un poignard (2020), et Camouflé dans la chair (2023), ainsi que l’essai Quelque chose en moi choisit le coup de poing (2016).

Jason Martin est diplômé de l’École de danse contemporaine de Montréal en 2012. Il  a dansé pour plusieurs compagnies, dont la Compagnie Marie Chouinard, Daniel Léveillé Danse et Le Carré des Lombes. En 2016, il fonde ENTITEY/jason martin, créant des œuvres qui explorent l’interdépendance de la condition humaine. Son solo étude nO.1 remporte le prix du meilleur danseur au SoloDuo NRW + Friends International Dance Festival en Allemagne en 2021, et le prix du jury au Certamen Coreográfico 10 Sentidos en Espagne en 2022. Jason est également invité à créer dans des institutions et des compagnies, notamment au Kibbutz Gaaton Dance Workshop (Israël), au Ballet Nacional Dominicano (République dominicaine) et à la Compañía Nacional de Danza (Costa Rica).

Après sa sortie de l’École nationale de théâtre, Marguerite Hudon taille sa place dans le milieu artistique montréalais avec son œil créatif et sa polyvalence. Sur le spectacle The King Stinks de Jon Lachlan Stewart, elle assiste Olivier Morin, qui signe la mise en scène. Elle collabore également avec Denis Marleau et Stéphanie Jasmin en assurant la régie d’éclairage et vidéo sur la reprise de leurs spectacles Les aveugles, Dors mon petit enfant, ainsi que dans la création et la tournée des Dix commandements de Dorothy Dix. Ne se limitant pas à l’assistance à la mise en scène et à la régie, elle conçoit l’éclairage de AFTER THE CAUSE de Rachelle Bourget, d’Équinoxe d’Hugo Fréjabise et d’Æmulus de Jean-François Boisvenue et Giverny Welsch.

20 minutes

Laura Jeffery

Laura Jeffery est une danseuse/chorégraphe/musicienne résidant actuellement à Tio’tia:ke/Montréal. Elle sort diplômée en 2021 du programme de danse contemporaine de l’Université Concordia, est récipiendaire du prix James Saya et participante au programme de formation chorégraphique Atlas 2021 et à danceWEB 2023 au festival international de danse ImPulsTanz. En tant que musicienne, elle a joué, enregistré et fait des tournées internationales dans plusieurs groupes, incluant Fountain, Laughing, Heaven for Real et Zad Kokar & les Combi Beyaz. Certains de ses œuvres chorégraphiques précédentes incluent The Big 1, Mr Shifter Presents : des flamants roses et une mouche à fruits, ainsi que Tenderness 100 ! Elle travaille actuellement sur sa première pièce de danse longue durée intitulée I am the fly in the Plasma Pool.

Expérimental·Musique live·Absurde
Portrait de Laura Jeffery, dans I am the fly in the Plasma Pool présenté à Tangente, crédit Katayoon Yousef Bigloo
Laura Jeffery
Chorégraphie et interprétation
Portrait de Claude Labrèche Lemay, dans I am the fly in the Plasma Pool présenté à Tangente, crédit Nanne Springer
Claude Labrèche-Lemay
Interprétation
Portrait de Ben Harvey, dans I am the fly in the Plasma Pool présenté à Tangente, crédit Sasha Onyshchenko
Benjamin (Ben) Harvey
Interprétation
Portrait de Dave Evans, dans I am the fly in the Plasma Pool présenté à Tangente, crédit Dave Evans
Dave Evans alias Victor Christ
Guitare
Portrait de Claire Newton, dans I am the fly in the Plasma Pool présenté à Tangente, crédit Marisa Kriangwiwat Holmes
Claire Newton
Voix
Portrait de Sony Cody, dans I am the fly in the Plasma Pool présenté à Tangente, crédit Sony Cody
Sony Cody
Basse
Portrait de Cole Woods, dans I am the fly in the Plasma Pool présenté à Tangente, crédit Connory Ballantyne
Cole Woods
Percussions
Portrait de Joshua Salter, dans I am the fly in the Plasma Pool présenté à Tangente, crédit Connory Ballantyne
Josh Salter
Guitare
Portrait de Sasha Kleinplatz, dans I am the fly in the Plasma Pool présenté à Tangente, crédit Talia Kleinplatz
Sasha Kleinplatz
Regard extérieur

Soutien financier Conseil des arts du Canada, Conseil des arts et des lettres du Québec

Résidences Parbleux (2023), Tangente

Présenté à Festival Lots of Love (2022), Suoni Per Il Popolo (2022), Festival Entractes (2022), Studio Parbleux (2023)

 

J’aborde la danse à travers le prisme et l’influence de la musique. Je fusionne danse, musique et performance tout en travaillant à renverser les formes hiérarchiques et les idées reçues autour de la performance. Mon travail plonge dans l’intensité, le jeu et la beauté de l’effort et de l’imperfection. Il est synonyme de connexion et de collaboration DIY (do-it-yourself).

Claude Labrèche-Lemay est une artiste pluridisciplinaire explorant par l’installation les interactions entre photographie, sculpture, vidéo et performance. Elle vit et travaille présentement à Tiohtiá:ke/Montréal, où elle a complété son BFA en Photographie à l’Université Concordia. Ses œuvres ont été présentées dans diverses expositions collectives, dont à la Galerie FOFA (Montréal), Galleri Moniror (Suède) et Gallery 44 (Toronto). Depuis 2019, elle collabore avec la chorégraphe Laura Jeffery. Sa pratique a reçu le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada. Ses projets futurs incluent notamment une exposition collective et co-commissariée au centre Plein Sud en février 2024.

Benjamin (Ben) Harvey est un artiste de danse queer actuellement basé à Montréal et originaire de Guelph, Ontario. Il est diplômé en 2022 de l’École de danse contemporaine de Montréal et diplômé du Guelph Youth Dance Training Program. Au cours de sa formation, il a eu la chance d’apprendre auprès de chorégraphes et de professeurs tels que Louise Bédard, Marc Boivin, David Earle, Lucie Grégoire, Janet Johnson, Christine Lamothe, Alexandre Morin, Linda Rabin, Jamie Wright et bien d’autres. Actuellement, il danse professionnellement et étudie à temps partiel en études communautaires, en affaires publiques et en politiques à l’Université Concordia. Il s’intéresse au rôle que l’art peut jouer dans l’activisme et l’engagement mondial. Ben aborde la danse avec un esprit de curiosité, d’ouverture et d’intelligence et a hâte de continuer à grandir en tant qu’artiste émergent.

Victor Christ faisait partie du groupe punk torontois Soupcans. Par la suite, il a cofondé le label de musique indépendant Freeer Records avec son ami de toujours, André Charles Thériault. Sur ce label, il continue de sortir de la musique solo sous le nom de Stucco.

Claire Newton est une artiste et musicienne interdisciplinaire qui se produit sous le nom de Spiral Remix. Ses sorties récentes incluent l’EP Tower of Crows (2022) et la bande originale officielle de la pièce de théâtre d’Olga Abeleva, Searching for Splenda (2023). Claire aborde chaque chanson et projet du point de vue d’un personnage différent, possédant différents personnages et utilisant le son pour évoquer les mondes dans lesquels ils résident. En plus de sa musique, Claire Newton a étudié la peinture et les pratiques commissariales à l’Université Emily Carr (2018).

Sony Cody est une musicienne et artiste qui vit et travaille à Tiohtià: ke depuis 2012, se produisant en solo ainsi qu’avec des groupes tels que Cheap Wig, Ursula et Body Break.

Cole Woods est un musicien et artiste du son canadien. Il étudie actuellement en électroacoustique à l’Université Concordia et est membre des groupes Laughing et Jane Harm’s Love Triangle.

Josh Salter est un musicien basé à Montréal qui a effectué des tournées internationales en tant que bassiste de Nap Eyes. Leur travail a été couvert par des médias tels que Pitchfork, Rolling Stone, The Globe and Mail, CBC, NME et NPR. Il est également membre de nombreux autres projets musicaux tels que Monomyth, Psychic Fair et plus récemment Laughing.

Sasha Kleinplatz est artiste de danse à Tiohtià:ke/Montréal. Elle est co-commissaire des performances Piss in the Pool, Short&Sweet et Total Space Party. Ses œuvres chorégraphiques ont fait l’objet de tournées partout au Canada et ont été soutenues par le Conseil des arts du Canada et le Conseil des arts et des lettres du Québec. En 2015, Sasha a reçu la bourse DanceWEB au festival ImPulsTanz à Vienne. En 2021, Sasha obtient une maîtrise de l’École des arts et technologies interactifs de Simon Fraser et, en 2022, elle commence un doctorat à l’Université Concordia. Ses recherches actuelles portent sur le consentement dans la pédagogie de la danse et sur la pratique des soins inter-espèces.

20 minutes

Alexandra Templier & Sarah Bronsard_La Sporée

Sarah Bronsard, chorégraphe basée à Tiohtià:ke/Montréal, développe un rapport au mouvement enraciné dans le flamenco et un parcours pluridisciplinaire. Par son jeu constant de montées en tension et de relâchements, le flamenco attise en elle un état de désir, d’aller-vers: une tension intervallaire qui se renouvelle sans cesse dans un rapport érotique au vivant.

Artiste vocale pluridisciplinaire basée à Tio’tia:ke/Montréal, Alexandra Templier creuse le phénomène de la résonance en lien avec notre expérience contemporaine du sacré. La grande versatilité de sa voix et la richesse de son bagage artistique s’expriment dans des créations pluridisciplinaires qui mobilisent l’intime et questionnent nos habitudes de perception afin de réenchanter notre rapport au vivant.

Art performance·Ludique·Relationnel
Portrait de Sarah Bronsard, dans LES RIGOLES présentées à Tangente, crédit de Marie Baribeau
Sarah Bronsard
Conception et interprétation
Portrait de Alexandra Templier, dans LES RIGOLES présentées à Tangente, crédit de Marine de Lafregeyre
Alexandra Templier
Conception et interprétation
Stéphanie Fromentin
Conseils artistiques

Résidences Maison de la culture Notre-Dame-de-Grâce (2021), Tangente

Soutien financier Conseil des arts et des lettres du Québec (2022)

 

Les Rigoles est né de notre désir d’explorer sur scène la question de la vulnérabilité, du féminin et du sacré. Ce projet a ainsi trouvé son ancrage dans le phénomène du rire; puissant outil pour mettre en jeu notre vulnérabilité, questionner notre rapport à l’autre et en explorer l’impact sur le corps, l’au-delà du corps et l’être-ensemble. Notre but n’est pas de faire rire, mais bien de fouiller ses mécanismes intrinsèques à travers son cycle complet: de sa genèse invisible à son éclat contagieux, puis à l’épuisement, la dilatation, et la complicité post-rire. Ayant toutes deux des pratiques artistiques influencées par le flamenco, nous tissons des parallèles fertiles avec cette tradition. Le rire déferle et circule, mais il est aussi éminemment ambigu et peut vite côtoyer le malaise ou les larmes. L’écoulement, le fait d’embrasser l’aléatoire et de se confronter à la tâche sisyphéenne de tenter de le contenir sont au cœur de la dramaturgie de ce projet.

Sarah Bronsard est une chorégraphe basée à Tiohtià:ke/Montréal. Elle trouve son terrain le plus fertile dans la danse flamenco et sur la scène de la danse contemporaine après un parcours artistique multidisciplinaire, incluant musique, verre soufflé, arts numériques et une carrière de peintre. Ses projets soutenus par le Conseil des arts du Canada et le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) ont été présentés au Québec (Tangente, Société des arts technologiques), en Europe (France, Pays de Galles, Italie, Pays-Bas), en Afrique (Maroc) et en Asie (Japon). Son travail a reçu le prix Meilleure création originale du Cirque du Soleil (Fringe, 2012), le prix Pierre Lapointe (UQAM, 2016 et 2017) et le prix David-Kilburn (UQAM, 2020). En 2020, elle travaille au TOKAS (Japon), grâce au soutien du CALQ, pour initier Bruissement de mousses, un projet qui s’intéresse à la perception des mousses (bryophytes) dans la spiritualité et l’esthétique japonaise. En 2021, elle fait une tournée au Québec avec la pièce Èbe, et cette pièce est choisie par le CALQ pour représenter le Québec en spectacle d’ouverture du Festival International d’Art Vidéo de Casablanca (Maroc). Elle travaille présentement sur la pièce L’écho des racines, une chorégraphie élaborée à la rencontre du flamenco et de la gigue québécoise, en compagnie d’une dizaine d’artistes musiciens et danseurs, ainsi que Les Rigoles, une cocréation avec la chanteuse Alexandra Templier autour du phénomène du rire. En plus de sa pratique chorégraphique, elle a été interprète pour Aurélie Pedron, Audrey Gaussiran et  [ZØGMA], et en 2020 elle a complété un mémoire de maîtrise en recherche-création au Département de danse de l’UQAM autour des enjeux de l’intercorporéité entre la danse et la musique.

Alexandra Templier est une artiste vocale pluridisciplinaire basée à Tio’tia:ke/ Mooniyang/Montréal. En quête d’un investissement scénique total, elle allie dans sa démarche les fruits de sa recherche de Maîtrise en métaphysique et poétiques contemporaines (Université de La Sorbonne, Paris) et l’exploration intime de la voix humaine à travers le chant (opéra, chant flamenco, chant classique indien, percussions vocales indiennes, improvisation) et le corps en mouvement (formations professionnelles en théâtre et en mouvement somatique). Lauréate d’un premier prix de chant de la relève du festival de flamenco de la ville de Madrid (Suma Flamenca 2013) où elle réside pendant cinq ans, ses projets de théâtre et de musique ont été diffusés en Europe (Espagne, France), en Afrique (Algérie) et au Québec (réseau Accès culture, Théâtre Outremont, Salle Bourgie/Musée des beaux-arts de Montréal, Place des Arts, Théâtre Gilles-Vigneault, entre autres). Soutenue par le MAI (Montréal, arts interculturels), le Conseil des arts de Montréal, le Conseil des arts et des lettres du Québec et le Conseil des arts du Canada, Alexandra creuse le phénomène de la résonance en lien avec notre expérience contemporaine du sacré. Elle mobilise ainsi la diversité de son bagage artistique dans des créations pluridisciplinaires qui visent à impliquer l’intimité des spectateurs et à questionner nos habitudes de perception afin de réenchanter notre rapport au vivant.