Qui sommes-nous ?

Tangente déniche, présente, accueille, soutient
Les projets artistiques, chorégraphiques, néo-chorégraphiques, néo-inter-trans-disciplinaires
D’artistes, de nouveaux visages, surtout d’ici, mais d’ailleurs aussi
Qui questionnent, transforment, influencent
Pour que vous, spectateurs, témoins, participants
Découvriez, viviez, expérimentiez, stimuliez
Ce qu’il y a de plus merveilleux chez l’être humain :
L’imagination.

Manifeste

Tangente soutient l’innovation en danse contemporaine dans tous ses courants esthétiques et dans ses formes les plus diverses, étoffées et interdisciplinaires. Situés au centre-ville dans un édifice dédié à la danse, nous organisons principalement des spectacles, mais aussi des symposiums, des projets éducatifs, des ateliers tout-public, et mettons à disposition nos espaces à des groupes de recherche libre. Avec nos deux salles intimes à géométrie variable, nous favorisons de nouvelles approches pour créer une relation approfondie et stimulante entre les artistes et les publics. Chaque année, nous travaillons majoritairement avec des créateurs émergents, mais aussi avec des artistes chevronnés aux pratiques chorégraphiques naissantes, iconoclastes et expérimentales. Nous croyons que l’art contemporain est une force sociale progressiste essentielle qui a le pouvoir et le devoir de contester le statu quo et de poser des questions vitales afin de promouvoir la justice sociale.

Le rôle de notre commissaire

Un travail de fond est effectué par notre commissaire, qui assiste à de nombreuses présentations publiques, répétitions en studio, et effectue de multiples rencontres avec des artistes émergent-e-s montréalais-e-s tout au long de l’année. Un appel à projets est lancé en parallèle une fois par année afin de recevoir les dossiers de chorégraphes candidats. La sélection finale des projets artistiques est réalisée en collaboration avec un comité de consultation en fonction de critères spécifiques (ingénuité, expérimentation, potentiel d’impact, lucidité). Carte blanche est ensuite laissée aux artistes programmé-e-s pour la production de leur création, et souvent nous découvrons l’œuvre finale lors de la soirée d’ouverture. Nous leur offrons un soutien technique, une aide à la promotion, ainsi qu’un cachet garanti, mais nous n’intervenons aucunement sur le contenu artistique. Le rôle de notre commissaire est ensuite d’associer judicieusement les pièces dans des soirées thématiques, à l’instar d’une commissaire d’exposition.

Ils sont passés chez nous

Depuis la fondation de l’organisme en 1980, plus de 1682 chorégraphes sont passés dans notre programmation. Tangente a été un véritable tremplin pour certains. Parmi ceux qui ont fait leurs premiers pas chez nous, nous retrouvons : Louise Bédard, Hélène Blackburn (Cas Public), Virginie Brunelle, Mélanie Demers (Mayday Danse), Danièle Desnoyers (Le Carré des Lombes), Sylvain Émard, Paul-André Fortier (Fortier Danse-Création), Benoit Lachambre (Par B.L.eux), Ginette Laurin (O Vertigo), Daniel Léveillé, Frédérick Gravel (La 2e porte à gauche), José Navas (Compagnie Flak), Dave St-Pierre… et bien d’autres !

Historique

2013

Initié par Lynda Gaudreau en continuité de Clash (2006) et In Limbo (2011), Studio Libre – projet axé sur la recherche – permet à une sélection d’artistes interdisciplinaires d’approfondir leur travail individuel et culmine en fin de saison sur une ouverture au public.

2010

Tangente propose un modèle de direction artistique à deux têtes. Stéphane Labbé devient codirecteur artistique aux côtés de Dena Davida.

2009

Afin de correspondre à son mandat et suivre l’évolution de la discipline, Tangente danse contemporaine devient Tangente – Laboratoire de mouvements contemporains.

2007

Tangente et sa directrice artistique Dena Davida remportent le grand prix du Conseil des arts de Montréal pour son constant renouvèlement dans son rôle de diffuseur de danse.

2005

Corps Atypiques est une première série dédiée à des artistes vivants avec un handicap physique ou mental, et marque le début d’une volonté d’offrir une vitrine à la diversité corporelle, au corps intime et hors-norme.

2004

Dans le cadre de la série Danses Noires, Tangente offre à son public la découverte d’une nouvelle et jeune danse africaine en pleine émergence.

2003

Une première soirée est consacrée à la gigue contemporaine avec les deux pionniers du genre, Lük Fleury et Marie-Soleil Pillette. Pendant 10 ans, Tangente soutient le mouvement en accueillant 6 éditions de la Biennale de Gigue Contemporaine, une plateforme dédiée à la recherche/création.

2002

Un programme dédié aux danses urbaines introduit le chorégraphe Victor Quijada (RUBBERBANDance) et la fusion entre le ballet et le breakdance. En diffusant les propositions chorégraphiques des pionniers du genre, notamment celles du collectif de Bgirls Solid State, Tangente participe à la reconnaissance de ces nouvelles formes de danses hybrides.

2001

Danses en famille : Des spectacles pour tous invitent les membres du public à initier les tout-petits à la danse contemporaine.

1997

Printemps de la danse : Une collaboration entre Tangente et le réseau des Maisons de la culture propose une tournée d’œuvres sélectionnées et permet d’atteindre un nouveau public sur le territoire montréalais.

1993

Ascendances : Une nouvelle série propose un point de vue multiculturel sur la danse contemporaine. Les œuvres sélectionnées présentent les cultures qui influencent et enrichissent les nouvelles danses ainsi que l’apport de ces dernières sur les pratiques artistiques des cultures d’ici.

1991

Tangente signe une entente de 20 ans avec la nouvelle structure de l’Agora de la danse. L’ancienne palestre nationale, complètement rénovée, accueille également Danse-Cité et le Département de danse de l’UQAM. Le contrat prévoit l’occupation prioritaire de l’Atelier, une salle de 91 places qui deviendra L’Espace Tangente.

1988

La série internationale Mue-Danse, une collaboration avec le Musée d’art contemporain de Montréal, propose à Tangente et à la salle multimédia du musée des propositions hybrides qui entretiennent une relation avec les arts visuels.

1983

Moment’homme : La première édition de ce festival de chorégraphes masculins reflète une nouvelle vision, celle de la danse vue par l’homme contemporain.

1983

Portes Ouvertes aux Universités : L’idée de regrouper les œuvres sous des séries thématiques marque le début de ce qui deviendra une particularité de la programmation. L’une des premières séries, Portes Ouvertes aux Universités, devient Danses Buissonnières en 1994 et offre à la prochaine génération de créateurs une première opportunité de rencontrer un public dans un cadre professionnel.

1980

Un collectif d’artistes inaugure au 1602 boul. St-Laurent le premier espace dédié à la danse actuelle au Québec. En plus d’un centre de ressources sur la danse contemporaine, la programmation du studio-théâtre propose des stages, des discussions et des spectacles de danse de nature expérimentale et personnelle. Dans l’espace connexe du 1596, une galerie d’art permet d’accueillir toutes les formes d’activités artistiques qui s’adressent au mouvement.