Espace Orange

2, 3, 4 DÉCEMBRE 2021 - 19H

5 DÉCEMBRE 2021 - 16H

-

Discussion avec les artistes le 3 décembre

50 minutes

Julia B. Laperrière & Sébastien Provencher

What Will Come

Dans un univers aseptisé, deux corps naissent de cubes: la chair se frotte aux arêtes, la chaleur au froid, l’accélération à l’immobilité. Avec prudence et maladresse, ils découvrent un environnement qui les dépasse mais dont ils s’efforcent de saisir les lois alors que celui-ci se déconstruit déjà sous leurs pieds. Progressivement, les accidents se multiplient et l’imprévisibilité prend le dessus. Les boîtes s’empilent dans cette allégorie sur l’obsession de la catégorisation pour tenter d’appréhender un monde qui tend vers le chaos. Dans ce dialogue absurde entre musique en direct, éclairages, scénographie et mouvement, What Will Come se pose autant comme question que comme hypothèse.

Chorégraphes et interprètes Julia B. Laperrière, Sébastien Provencher

Compositeur et musicien Braulio Bandeira

Scénographes Hannah Dougherty

Concepteur lumière Nicola Dubois

Aide à la dramaturgie Lynda Rahal

Conseillères artistiques Christine Charles et Helen Simard

Conceptrice des costumes Tricia Crivellaro

What Will Come est un projet de recherche-création qui est l’aboutissement d’un long processus de création. Notre travail collectif est né d’une rencontre pendant nos études à l’UQAM il y a dix ans. Depuis, le travail a grandi dans la complicité et le plaisir. Le travail avec les objets, l’absurde et l’humour sont des piliers de notre travail en commun.

À l’été 2016, nous avons eu une résidence de création de deux semaines à Vienne, au Festival Impulstanz, où la prémisse de ce projet est née.  Nous avions envie de créer une œuvre qui abordait l’obsession humaine de tout mettre dans une boîte, de tout devoir ordonner. Après plusieurs périodes de recherche entre l’Allemagne et le Canada, What Will Come est l’aboutissement de cette recherche, dans un virage un peu plus abstrait, évacuant la théâtralité pour amener une place plus grande à l’interdisciplinarité, à la relation au corps avec la scénographie.

Julia B. Laperrière est une chorégraphe et interprète basée à Montréal et à Berlin. Depuis l’obtention de son diplôme à l’UQAM, elle a présenté ses créations au Canada (Tangente, Quartiers Danses, ZH Festival, OFFTA, Dance Matters, Spect’Art) et à l’international (Mexique, France, Italie et Allemagne). À titre d’interprète, elle collabore avec Manon Oligny, Cie Iloptie, Alfredo Zinola, Ursina Tossi et Christoph Winkler, parmi d’autres. Elle brouille avec enthousiasme les frontières entre les disciplines, n’hésitant pas à s’inspirer du théâtre, de la performance et des arts visuels. Elle s’intéresse à une danse qui est généreuse et son travail s’oriente autour de sujets comme la féminité, les stéréotypes de genre, l’identité, le sexe et l’amour. Cette année, elle obtiendra son diplôme du MA exerce au Centre chorégraphique national de Montpellier, maîtrise en chorégraphie, où elle travaille en tant qu’étudiante-artiste-chercheuse.

Formé en interprétation au Département de danse de l’UQAM, Sébastien Provencher évolue dans le milieu de la danse contemporaine à titre d’interprète et de chorégraphe. Depuis sa formation, il a créé entre autres L’Apologie du Prince Charmant (2015), Children of Chemistry (2017), Deux Squelettes (2019), Bones & Wires (2020) et What Will Come (2020). Ses créations ont été présentées au Québec (Agora de la danse, Tangente, ZH Festival), en Ontario (Citadel + Compagnie, Dance Matters) et en France. À titre d’interprète, il travaille à Montréal et à Toronto. Il a notamment dansé pour Louise Bédard, George Stamos, Manon Oligny, Helen Simard, Emmanuel Jouthe, Sasha Kleinplatz, Martin Messier et Maïgwenn Desbois à Montréal; et à Toronto pour DA Hoskins/Dietrich Group, Riley Sims/Social Growl Dance et Marie Lambin.

Braulio Bandeira est un artiste qui œuvre dans plusieurs domaines. Après ses études de théâtre à Esmae (Porto) et à la Commedia School (Copenhague), il étudie la danse et l’anthropologie auprès de Maguy Marin au CCN de Rillieux-la-Pape, en France. À travers cette connexion au corps dansant, il commence à s’intéresser à la musique et au DJing sous l’alias Deepneue.  En 2017, il cocrée la plateforme TrashEra à Berlin. Travaillant à la fois comme acteur, performeur, directeur artistique, DJ et producteur de musique, il s’intéresse aux problématiques de la culture queer contemporaine, spécialement autour des questions de race et de genre.