Danses Buissonnières 2019

26. 27. 28 SEPTEMBRE 2019 - 19H30

29 SEPTEMBRE 2019 - 16H

-

RENCONTRE AVEC LES ARTISTES LE 27 SEPT.

Acheter

26 SEPTEMBRE 19H30

27 SEPTEMBRE 19H30

28 SEPTEMBRE 19H30

29 SEPTEMBRE 16H

Facebook

L’occasion idéale de découvrir les nouvelles tendances en danse contemporaine, ce rendez-vous annuel fort populaire fait connaitre la génération émergente. Un jury composé des artistes Claudia Chan Tak, Alexandra «Spicey» Landé, Sébastien Provencher, Anne-Flore de Rochambeau et Jessica Serli a sélectionné cinq jeunes chorégraphes locaux parmi une quarantaine de candidats. Pour plusieurs d’entre eux, il s’agit de leur première présentation dans un cadre professionnel. C’est dans l’anticipation du plaisir que nous démarrons la saison comme le veut la tradition, car on ne s’ennuie jamais avec ce programme de courtes pièces éclectiques!

Partenaire du programme Danses Buissonnières

Résidences offertes en partenariat avec

L'ordre des pièces peut être modifié sans avis préalable.

1re œuvre - 10 minutes

_Demerde (UQAM)

En attendant,

Dans ce monde chaotique,
peut-on simplement apprécier le véhicule que l’on habite?
Ce corps que l’on n’a pas choisi, mais qui nous transporte;
que l’on peut modifier avec certains sacrifices (investissements)?
Peut-on apprendre à aimer sa singularité?

En attendant, je vous invite à la rencontre de corps fondamentalement différents.
Apprenons de leurs douceurs, de leur rencontre, de leur soutien mutuel.
La différence est magnifique. Cessons de l’étouffer.

Chorégraphe _Demerde

Interprètes et créateur.rice.s Marie-Denise Bettez, Didier Emmanuel, Cédric Gaillard (Blösch), Laurence Gratton, Matthy Laroche, Izabelle Pin

Directeur musical et compositeur Olivier Fiset

Photographe Nanne Springer

Coordinatrice technique et conceptrice d’éclairage Sylvie Nobert

Concepteur d’éclairage Lee Anholt

J’ai une grande obsession pour la norme et ce qu’elle représente dans différentes cultures. Celle-ci est au cœur de ma recherche artistique. Je m’interroge sans nécessairement chercher de réponses précises, mais en profitant du partage que l’on fait en studio pour m’enrichir. Vous y prendrez part, d’ailleurs.

Avec En attendant, j’ai rassemblé des êtres en réponse à ce rêve qui me hante: une personnalisation de l’influence des médias. Un «être trop parfait avec une tête-télévision». Je suis arrivé.e en studio avec mes idées et mes obsessions, réunissant des personnes complètement différentes qui m’inspirent beaucoup. Nous avons discuté, échangé, improvisé autour de ce qui découlait de mon rêve; la culture populaire et notre banalité. Cette pièce est le fruit d’une recherche de douceur pour apaiser les angoisses que j’ai. La recherche d’un contact humain vrai et d’une bienveillance communautaire à travers nos différences. Ce que vous verrez est le produit de la rencontre entre Matthy, Didier, Isabelle, Cédric, Marie-Denise, Laurence, Rasili et moi-même.

Intéressé.e par le théâtre et par l’improvisation dès son enfance, _Demerde apprend rapidement à incarner des personnages et à exploiter l’expressivité de son corps. C’est par hasard qu’iel commence en 2011 son double DEC en Danse et en Sciences de la nature au Collège Montmorency. L’artiste y fortifie un regard critique, une rigueur de travail et une passion grandissante pour le mouvement et le spectacle. En 2018, _Demerde finit son baccalauréat à l’UQAM sous le profil création et met en scène son premier 45-minutes chorégraphique, comme tout le monde. Créateur.trice hyperactif.tive, iel s’implique dans divers projets et performances, autant comme interprète que comme chorégraphe/metteur.e en scène. On a pu voir cet être au Festival AIR (2017), à Danses Buissonnières (2018), dans plusieurs évènements de la Passerelle 840 (de 2016 à aujourd’hui), au Cabaret Maipoils (2019) et dans les rues de Montréal (2017 et 2019).

Marie-Denise Bettez termine sa formation professionnelle à L’École de danse de Québec en 2013. Depuis sa sortie, elle a eu la chance de travailler pour plusieurs chorégraphes: Ghislaine Doté, Mattew Heli Brunel, Elizabeth Suich et Soraïda Caron (Trois-Pistoles). On a pu la voir à Quartier Danses, au Cercle – Lab Vivant à Québec et à Tangente. Depuis 2017, elle entretient quelques projets avec la compagnie Nyata Nyata et elle y est actuellement apprentie. Cet été, elle dansera dans la production Le Phénix, chorégraphiée par Marie-Ève Lafontaine et orchestrée par l’auteur Bryan Perro. Elle s’intéresse beaucoup à la samba, à la culture brésilienne et a une forte fibre entrepreneur.

2de œuvre - 10 minutes

Lauranne Faubert-Guay

Ponos - à l’épreuve du poids

Lourdeurs repliées et condensées. Comment avancer avec une tête lourde comme le monde? Par le ponos ascétique, l’être-corps s’épuise, s’impose le choc et parvient à prendre de l’altitude, à devenir résistant comme le ciel, à s’approcher du sublime: cet inaccessible idéal qui, dans sa verticalité, arrache le corps de sa pesanteur. Ce sera une quête d’élévation, par la mise au défi, par saccades et essoufflements. Sur la ligne tendue entre le plaisir et la douleur, ce sera une épreuve pour oublier le poids. Il s’agira d’habiter tellement son corps pour pouvoir en sortir et ainsi mieux habiter-le-monde.

Chorégraphe et interprète Lauranne Faubert-Guay

Compositeur Yann Villeneuve

Mentor Stéphanie Decourteille

Œil extérieur Audrée Foucher, Marijoe Foucher

Coordinatrice technique et conceptrice d’éclairage Sylvie Nobert

Concepteur d’éclairage Lee Anholt

3e pièce - 10 minutes

Kali Trudel (UQAM)

Psukhê

Puisque nous sommes tous connectés par l’inconscient collectif, comment savoir avec certitude que nous sommes uniques et que nos décisions nous appartiennent? Psukhê s’intéresse aux manifestations conscientes et inconscientes de l’humain inspirées par les recherches de Carl G. Jung. La relation dansante entre plusieurs individus peut être comparée à l’inconscient collectif puisque celle-ci est créée par un lien plus ou moins conscient. Cela leur permet de s’influencer mutuellement dans leur temporalité, leur gravité, etc. À l’aide d’improvisations structurées, les interprètes semblent vous dévoiler leur véritable identité mais leurs corps crispés laisseront entrevoir du haut de leur demi-pointe une gestuelle tendue où le lâcher-prise est bienvenu.

Chorégraphe et interprète Kali Trudel

Interprètes Alexandra Kelly, Izabelle Pin

Répétiteur et concepteur de costume Adam Provencher

Concepteurs sonores Thomas Bruneau Faubert, Élie Raymond

Coordinatrice technique et conceptrice d’éclairage Sylvie Nobert

Concepteur d’éclairage Lee Anholt

4e pièce - 10 minutes

Lara Oundjian

Leaky Im-mediation / Transcorporeal Creeping

Lara propose un performance sensorielle et se métamorphose, tentant de devenir une masse d’eau par la chorégraphie. Étant donné la capacité de l’eau à changer de forme et d’état, elle s’intéresse aux couches de médiation qui rendent visible l’écart entre l’imaginé et l’articulé. Elle est curieuse à propos des implications poétiques et formelles de la circulation et des cycles, qui impliquent la co-existence du mouvement antérieur, de la répétition et de la transformation. La pièce bouge à travers des incarnations aqueuses performatives et senties.

Chorégraphe et interprète Lara Oundjian

Coordinatrice technique et conceptrice d’éclairage Sylvie Nobert

Concepteur d’éclairage Lee Anholt

5e pièce - 9 minutes

Stefania Skoryna (EDCM)

Ellipses

Portées par une musique enivrante, trois interprètes magnétisantes désarçonnent le spectateur par une gestuelle sinueuse où elles seules détiennent les règles du jeu. Mouvements répétitifs et en écho, incrustés dans une structure complexe basée sur l’expansion et la rétraction de la forme elliptique, se transforment peu à peu en solos envoûtants. Une pièce intemporelle, hypnotique qui donne envie d’éclore et de vivre.

Chorégraphe Stefania Skoryna

Interprètes et collaboratrices Miranda Chan, Mathilde Heuzé, Raphaëlle Renucci

Compositeur Olivier Alary

Altiste Victor De Conink

Conseiller à la dramaturgie Matéo Chauchat

Coordinatrice technique et conceptrice d’éclairage Sylvie Nobert

Concepteur d’éclairage Lee Anholt