WEBDIFFUSION

Hélène Messier

10 AU 18 AVRIL 2021
RECONNAISSANCE TERRITORIALE

Dans l’esprit de prendre soin de toutes nos relations, nous souhaitons reconnaître que Tangente est établi en territoire autochtone non cédé où des êtres vivants et non vivants coexistent depuis des temps immémoriaux.

 

Les Kanien’kehá:ka sont aujourd’hui reconnus comme étant les gardiens des terres et des eaux de ce territoire nommé Tio’tia:ke.

 

À travers notre programmation, nous souhaitons contribuer au mouvement ancestral d’échanges artistiques entre les peuples et nous reconnaissons notre responsabilité de renouveler nos pratiques avec respect envers les générations présentes et à venir.

Une production de Tangente

Tournage réalisé dans l’Espace Orange de l’ÉDIFICE WILDER – Espace danse

 

Réalisatrice et monteuse Marites Carino (Video Signatures)

Directeur photo Donald Robitaille

Opérateur de caméra Jules de Niverville

Maquilleuse et coiffeuse Lisa Sim

Sonorisateur Jean-François Gagnon

Mixeur de son Alexandre Di Fiore

Directrice de production Julie Deschênes

Merci à Royal Photo, OSA Images, Erin Cox, Lisa Djevahirdjian, Marlene Millar, Zach Fay

L'ESPACE DES COMMISSAIRES

Devant nos yeux, le corps devient matière taillée, objet architectural. La lumière et la pose dévoilent des images formées par ce corps de danseuse. Dans cette proposition intimiste et minimaliste, le temps s’arrête pour inviter notre œil à scruter la subtilité des mouvements, les nuances de la peau, l’intention du regard. Cette œuvre sculpturale est née de la rencontre d’expériences d’Hélène Messier, riche de son parcours comme modèle vivant, comme universitaire et comme danseuse de butō. Hélène Messier incarne ici cette recherche de l’intime. Elle nous invite à la rencontrer à travers une formule numérique. La caméra sera notre œil. L’interprète cherche alors à créer, le temps d’un moment, un lien privilégié avec nous qui nous trouvons de l’autre côté de l’écran.


HÉLÈNE MESSIER
SOIE
25 minutes
© Maxim Morin
Comment habiter une pose? Invoquant le butō et le modèle vivant, Hélène cherche à entrer dans un mode méditatif qu’elle partage avec le public. Dans une salle dans laquelle se perd la sensation des murs et du plafond, elle crée un tiers espace neutre. Nulle part et partout à la fois. À partir d’impulsions imaginaires et sensibles, elle laisse son corps être afin qu’il devienne œuvre d’art, puis paysage. La gestuelle minimale, la lenteur, la répétition des mouvements et une valse avec le tempo terminent d’installer un non-temps, ou un retour au temps universel.
Artistes
Hélène Messier
Chorégraphe et interprète
Vincent Gagnon
Compositeur
Julie Pichette
Conceptrice du costume
Annie Gagnon
Répétitrice
David Rancourt
Répétiteur
James Viveiros
Répétiteur

«Le spirituel, ce n’est peut-être pas quelque chose que j’ajoute à ma vie, mais un état que je découvre en me dépouillant de tout ce qui n’est pas profondément moi.» Être là, sensible et attentive à mon expérience en train de se vivre. Porter attention, percevoir et ressentir. Exister, tout simplement. Me laisser être touchée par la vie qui me traverse. Me dépouiller de tout ce qui n’est pas nécessaire. Créer le vide à l’intérieur de moi, puis l’ouverture. Laisser émerger de cet espace, sous la forme d’une impulsion, quelque chose de plus grand que moi. Ressentir ma nécessité intérieure. Rencontrer mon essence fondamentale. En quête d’intersubjectivité entre moi et le monde, permettre à cette essence de s’exprimer et de rendre poreuses les frontières entre le dedans et le dehors, entre mon intimité et l’unité.

 

Extrait de Périls et promesses de la vie spirituelle de Jack Kornfield. Chaque mot de ce passage résonne en moi, comme s’il avait été écrit pour SOIE:

 

«Le développement du cœur humain est habile et mystérieux. Nous pouvons souhaiter un chemin d’éveil ordonné et prévisible mais les modes du cœur sont un paysage que l’on ne peut décrire qu’en cours de voyage. Nous ne pouvons nous emparer de la liberté et la situer dans le temps. Pour l’esprit mûr, la liberté est le voyage lui-même. Comme un labyrinthe, un cercle, l’épanouissement d’une fleur, pétale après pétale; comme une spirale ascendante, une danse autour de l’immuable, centre de toute chose. Il y a toujours des cycles nouveaux, des hauts et des bas, des ouvertures, des fermetures, des éveils à l’amour et à la liberté, souvent suivis de nouveaux troubles subtils. En progressant sur cette grande spirale, nous revenons sans cesse là où nous étions, mais à chaque fois, avec un cœur plus entier, plus ouvert.»

 

Hélène Messier © Maxim Morin

Hélène Messier © Maxim Morin

Remerciements

De tout cœur, je souhaite remercier les merveilleux artistes et humains qui m’ont accompagnée dans la floraison de SOIE: Annie Gagnon, David Rancourt, James Viveiros. Sans votre apport sensible et intelligent, SOIE ne serait assurément pas la même. Chacun à votre façon, vous m’avez donné des ailes. Merci à Hugo Dalphond pour ton intelligence et pour l’aisance avec laquelle tu as compris mon univers et su le mettre en lumière, tout en finesse. Merci à Vincent Gagnon pour ta patience, et pour ta sensibilité qui accompagne ma danse à travers les délicates notes de piano. Merci à Julie Pichette pour la qualité et la rigueur que tu as mises dans la création du costume. Merci à Marites Carino et à Donald Robitaille pour avoir su permettre à mon univers sensible, en aussi peu de temps, de traverser les écrans. Aussi, merci à toute l’équipe de Tangente pour le soutien si généreux, particulièrement en ces conditions si particulières. Je me suis sentie portée par vous.

 

Merci au CALQ et au CAC d’avoir financièrement soutenu ce projet, me permettant entre autres de m’entourer d’artistes aussi inspirants. Merci aux résidences offertes généreusement par Louise Lapierre Danse, José Navas, l’UQAM, la maison de la culture Côte-des-Neiges, l’Agora de la danse, Tangente.

 

Merci également à tous mes donateurs de la Ruche: David Altmann, Pierre Bastien, Johanna Bienaise, Alain Bolduc, Monica Coquoz, Clarisse Delatour, Maurice Dumas, Ilya Krouglikov, Amélie Lemay-Choquette, Jean-Luc Doray, Louis Pierre, Simon Pierre, Christian Messier, Denis Messier, Natasha Messier, Patricia Messier, Stéphanie Morin-Robert, Danièle Piché, Linda Prud’homme, Guylaine Renière, Robert St-Amour, Anthéa St-Laurent Vallée.

 

 

La création de SOIE a bénéficié d’une résidence à la maison de la culture Côte-des-Neiges, membre du réseau Accès culture, partenaire de Tangente.

 

SOIE a bénéficié du Programme d’aide aux artistes en danse du Département de danse de l’Université du Québec à Montréal, partenaire de Tangente.

 

José Navas/Compagnie Flak est fier de parrainer Hélène Messier dans le cadre de son partenariat de résidence avec Tangente.

 

Dans le cadre de son partenariat avec Tangente, Louise Lapierre Danse est fière d’offrir une résidence à Hélène Messier.

 

Ce projet a bénéficié du soutien du Conseil des arts de Montréal et de la Caisse Desjardins de la Culture dans le cadre de notre projet de sociofinancement «Donnez un coup de pouce, déplacez une montagne!» sur la plateforme La Ruche, partenaire de Tangente.

À venir
Webdiffusion
Hanna Sybille Müller & Erin Robinsong

24 AVRIL AU 2 MAI 2021

Tangente remercie le Conseil des arts et des lettres du Québec, le Conseil des arts du Canada ainsi que tous ses donateurs de leur appui financier.