Programme double

17. 18. 19 OCTOBRE 2019 - 19H30

20 OCTOBRE 2019 - 16H

-

RENCONTRE AVEC LES ARTISTES LE 18 OCTOBRE

Acheter

17 OCTOBRE 19H30

18 OCTOBRE 19H30

19 OCTOBRE 19H30

20 OCTOBRE 16H

Facebook

Partenaire

1re œuvre - 25 minutes

Rand Ziad Taha & Hala Salem

Parallel

Ce duo est plus qu’une performance artistique. C’est à propos de la violence mentale, émotionnelle et sociale que la femme doit endurer toute sa vie. Même si elles demeurent dans différentes villes, les interprètes survivent à des situations similaires et sont impliquées dans la même communauté culturelle en situation minoritaire. La musique traditionnelle entendue dans Parallel pourrait nous laisser croire que ces femmes célèbrent un mariage. La plupart de ces chansons traitent des préparatifs dont la mariée doit s’occuper, des attentes quant à son apparence, de la façon dont elle doit se comporter pour plaire à son mari. Sans renier leur beauté, Rand et Hala s’efforcent de comprendre pourquoi les gens tombent en amour avec ces chansons, répétant les paroles sans jamais vraiment les écouter.

Chorégraphes et interprètes Rand Ziad Taha, Hala Salem

Concepteur lumière Benoit Larivière

Hala Salem est une danseuse, chorégraphe, actrice, professeure de danse et animatrice d’ateliers vivant à Deir Hanna. Hala a étudié le théâtre et la danse au Western Galilee Academic College et a participé au Haifa Dancers Training Workshop. En tant que danseuse, elle a contribué à l’art vidéo de la photographe uruguayenne Natalia Isaacovitch, à un projet de Yaa Samar! Dance Theatre, à Motion Trap – une exposition de l’artiste Samah Shehadeh à la A.M. Qattan Foundation – et au projet Dancers in the Community à Deir Hanna. Elle a participé à des ateliers de danse et étudié le ballet classique, la danse moderne, la danse contact-improvisation et le travail au sol au camp d’été de la municipalité de Ramallah avec des professeurs locaux et internationaux, et à un atelier sur l’art du récit du Amsterdam Storytelling Centre.

Danseuse palestinienne de Jérusalem et diplômée du baccalauréat de la Jerusalem Academy of Music and Dance, Rand Ziad Taha est membre de l’Ensemble de l’Academy depuis trois ans et du programme d’excellence en interprétation. Lors de sa dernière année à l’Academy en 2018, elle remporte la troisième place à la compétition chorégraphique annuelle Gertrude Strauss. En 2017, Rand reçoit la bourse pour le Henny Jurriens Summer Intensive à Amsterdam. En 2018, elle danse avec Helder Seabra pour le projet B12 Performance. La même année, Rand danse pour c.a.t.a.m.o.n Dance Group et participe à la Biennale CINARS à Montréal.

Benoit Larivière a réalisé la conception d’éclairage de plusieurs créations, il travaille en théâtre et en variétés, mais se spécialise en danse. Il a à son actif des créations multiples avec les compagnies de danse Tentacle Tribe, 100Lux, Helen Simard et Ebnfloh, en plus d’autres créations avec les chorégraphes Ford, Monstapop, Claudia Chan Tak, Nasim Lootij et les compagnies de théâtre Multisens, Les exclamateurs et Les écorché vifs. Il aborde la conception d’éclairage dans un esprit de collaboration avec les chorégraphes et metteurs en scène en puisant ses inspirations dans leur univers créatif et en donnant une très grande importance à leur vision. La noirceur et l’absence de lumière sont des aspects primordiaux dans sa façon de travailler, cherchant toujours à créer des images indépendantes de l’espace ou de la salle qui entoure la création ou à transformer cette espace.

2de œuvre - 27 minutes

Elad Schechter (Israël)

Premiere

Cette œuvre est une rare collaboration entre une danseuse musulmane et un chorégraphe juif. La pièce est une forme de protestation, une performance initialement mise en scène dans l’ouest de la ville où ils sont nés et ont grandi, Jérusalem. Elad et Rand cherchent à révéler divers aspects de la culture arabe. Elle dépose un Walkman, un appareil photo Polaroid et un téléphone cellulaire sur scène, converse avec sa mère en direct, écoute une chanson d’amour algérienne. Elle porte un costume dont les différentes couches évoquent les couleurs du drapeau de la Palestine. Son masbaha (chapelet arabe) inspire des mouvements qui repoussent les limites de la physicalité.

Producteur c.a.t.a.m.o.n Dance Group in Jerusalem

Chorégraphe Elad Schechter

Interprète Rand Ziad Taha

Concepteurs lumière Daniel Yehuda Spector, Benoit Larivière

Conceptrice des costumes Adi Yair

Musique Yuma

Partenaire Consulat général d’Israël à Montréal

Produit pour le festival From Jaffa to Agripas 2018

Rand Taha et moi nous sommes rencontrés à la Jerusalem Academy of Music and Dance. Nous avons commencé à travailler ensemble dès qu’elle y a terminé son baccalauréat. À travers le mouvement, nous avons trouvé un langage commun et nous avons beaucoup ri pendant le processus de création de Premiere, un solo personnel révélant son background culturel. Nous nous sommes rendu compte que nous partageons la même vision que la vie est composée de fragments, de moments et nous avons trouvé du plaisir à juste être, créer et bouger ensemble; affichant nos couleurs en surmontant un obstacle évident et en nous concentrant sur la créativité comme chemin collaboratif.

Né et basé à Jérusalem, Elad Schechter crée des pièces de danse depuis 2009. En 2012, il fonde c.a.t.a.m.o.n Dance Group in Jerusalem. Ses œuvres ont été présentées à des centaines de reprises en Israël ainsi qu’à l’étranger et ont reçu les éloges de la critique et du public. En 2011, Elad est récipiendaire de la médaille d’argent à la Beijing International Ballet and Choreography Competition. c.a.t.a.m.o.n Dance Group, sous la direction artistique d’Elad, est un jeune organisme culturel qui maintient un dialogue avec le public de Jérusalem dans toute sa diversité tout en présentant son travail à travers le monde. En parallèle à son travail artistique, Elad développe des projets qui visent à promouvoir la danse, les arts et la scène culturelle à Jérusalem. Elad a fondé le festival From Jaffa to Agripas, a commissarié Alliance House – un établissement pour communautés artistiques – et plus récemment Interstices, un programme d’échanges chorégraphiques en collaboration avec Tangente.

Danseuse palestinienne de Jérusalem et diplômée du baccalauréat de la Jerusalem Academy of Music and Dance, Rand Ziad Taha est membre de l’Ensemble de l’Academy depuis trois ans et du programme d’excellence en interprétation. Lors de sa dernière année à l’Academy en 2018, elle remporte la troisième place à la compétition chorégraphique annuelle Gertrude Strauss. En 2017, Rand reçoit la bourse pour le Henny Jurriens Summer Intensive à Amsterdam. En 2018, elle danse avec Helder Seabra pour le projet B12 Performance. La même année, Rand danse pour c.a.t.a.m.o.n Dance Group et participe à la Biennale CINARS à Montréal.

Adi Yair est une créatrice de mode basée à Jérusalem diplômée du Baccalauréat en Création de bijoux et de mode de la Bezalel Academy of Arts and Design. Elle tisse à la main avec un métier à tisser traditionnel qu’elle utilise de façon non standard pour produire des tissus uniques. Elle développe des outils et des techniques pour créer des textures tissées et des interprétations sérigraphiques qui parlent un langage bien à elle. Son travail allie technique traditionnelle et style contemporain et démontre une esthétique qui balance simplicité et sophistication. Adi explore la tension entre l’art et la mode et maintient des valeurs clés telles que la balance, la logique et le renouveau.

Benoit Larivière a réalisé la conception d’éclairage de plusieurs créations, il travaille en théâtre et en variétés, mais se spécialise en danse. Il a à son actif des créations multiples avec les compagnies de danse Tentacle Tribe, 100Lux, Helen Simard et Ebnfloh, en plus d’autres créations avec les chorégraphes Ford, Monstapop, Claudia Chan Tak, Nasim Lootij et les compagnies de théâtre Multisens, Les exclamateurs et Les écorché vifs. Il aborde la conception d’éclairage dans un esprit de collaboration avec les chorégraphes et metteurs en scène en puisant ses inspirations dans leur univers créatif et en donnant une très grande importance à leur vision. La noirceur et l’absence de lumière sont des aspects primordiaux dans sa façon de travailler, cherchant toujours à créer des images indépendantes de l’espace ou de la salle qui entoure la création ou à transformer cette espace.