Programme double

2. 3. 4 MAI 2019 - 19H30

5 MAI 2019 - 16H

-

RENCONTRE AVEC LES ARTISTES ET TABLE DE LIVRES LE 3 MAI

Acheter

2 MAI - 19H30

3 MAI - 19H30

4 MAI - 19H30

5 MAI - 16H

Facebook

En coprésentation avec

L'ordre des pièces peut être modifié sans avis préalable.

1re œuvre - 40 minutes

Sonia St-Michel & Julie Beaulieu

ARŪPA

«Je plonge aux profondeurs de l’océan des formes, dans l’espoir d’atteindre la perle parfaite et sans forme.»
–Rabindranath Tagore

Le Bharatanatyam et l’Odissi se rencontrent à travers la danse contemporaine et les expériences des interprètes. Telles des guerrières contemplatives, ces deux femmes passent de l’invocation à l’évocation pour construire une architecture de sons et de mouvements: un temple imaginaire. Épousant les motifs d’un yantra, espace rituel géométrique inspiré de diagrammes et de jeux, la danse se métamorphose sans cesse: corps, mémoire, pensée, images et traces vacillent entre la forme et le sans forme.

Chorégraphes et interprètes Sonia St-Michel, Julie Beaulieu

Musicien Jonathan Voyer

Conceptrice lumière Chantal Labonté

Conceptrice des costumes Lori Hickling

Costumière Helen Rainbird

Répétitrice Ève Lalonde

Le spectacle ARŪPA est une incursion dans l’antichambre des formes. À travers un diagramme déterminant le territoire chorégraphique, nous explorons les empreintes laissées par nos pratiques respectives de l’Odissi et du Bharatanatyam. Ce faisant, nous cherchons à révéler l’expérience sensible se dissimulant derrière les formes. Notre démarche de création progresse autour et à l’intérieur d’un temple imaginaire où se rencontrent les notions de chemin, de passage et de portail. ARŪPA est une invitation à pénétrer dans une architecture chorégraphique et sonore où apparaissent des fragments de transparence, en présence de deux guerrières de la contemplation qui lancent des flèches d’intuition.

Interprète en danse Odissi, Sonia St-Michel a d’abord été formée à Ottawa au début des années 2000 et depuis 2005 elle perfectionne son art en Inde auprès des maitres Aloka Panikar et Sujata Mohapatra.  Passionnée de la musique, Sonia reçoit une formation en chant classique auprès de Stéphanie Piercy Beames et elle a une pratique soutenue de Yoga et de la Technique Alexander. Chorégraphe indépendante, Sonia crée des œuvres poétiques et intimes inspirées de sa pratique en danse indienne et nourries par des collaborations interdisciplinaires. Elle s’est produite en Inde, au Canada et au Mexique, entre autres au Ottawa Dance Directive, Odissi International Festival et Shastri Harmony Concert en Inde, au Kalanidhi Fine Arts Festival et Festival of Oral Literature de Toronto, à Montréal en Lumières et Festival Accès Asie de Montréal, au Centre des arts Shenkman d’Ottawa et à la UNAM de la Ville de Mexico.  Son travail reçoit l’appui du CAC, du CALQ, et de la Ville de Gatineau. Sonia enseigne la danse Odissi et offre des ateliers et spectacles en milieu scolaire.

Danseuse, chercheure et enseignante, Julie Beaulieu détient une maitrise en danse (2015 – mention d’honneur) de l’Université du Québec à Montréal. Disciple de Vidwan Rohini R. Imarati depuis 2003, elle séjourne périodiquement en Inde afin de perfectionner l’art du Bharatanatyam, d’offrir des spectacles et de réaliser des résidences de recherche chorégraphique. Ses collaborations et créations passées l’ont amenée à travailler également au Canada, en Italie, en France et en Allemagne. En 2010, Julie a cofondé Saṃskāra – Les Artisans du Passage avec le musicien et chercheur Jonathan Voyer. L’organisme a pour mission de promouvoir le dialogue transculturel par l’entremise des arts. Julie est membre associée du Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) et a entrepris en 2018 un doctorat en études et pratiques des arts (UQAM). Les concepts de transculturalité, de métissage et de migration du geste occupent ses intérêts de recherche, tant dans la pratique que dans la réflexion.

Jonathan Voyer a reçu les enseignements de la professeure de chant Louise Yard qui lui a transmis la technique du chant Bel Canto. Disciple du maitre de santoor Pandit Satish Vyas et du maitre de chant Pandit Somanath Mardur, il évolue aujourd’hui dans la riche tradition de la musique hindustānī. Diplômé d’une Maitrise en sciences des religions et d’un Doctorat en Études et pratiques des arts de l’Université du Québec à Montréal, Jonathan présente des concerts et des ateliers sur la musique indienne au Canada et à l’étranger.

Originaire de Windsor en Ontario, Chantal Labonté est diplômée du Département de théâtre de l’Université d’Ottawa ainsi que du programme de Production de l’École nationale de théâtre du Canada (ÉNTC). Elle se spécialise en conception d’éclairages aussi bien du côté du théâtre francophone qu’anglophone. Depuis sa sortie de l’école, elle a la chance de travailler avec Adrienne Wong, Isabelle Leblanc, Joël Beddows, Pier Rodier, Christian Lapointe, Leticia Vera, Jean-Stéphane Roy, ainsi que des metteurs en scène émergeants comme Frederic Sasseville-Painchaud, Clara Prévost, Rebecca Vachon et Éric Perron. Elle est aussi récipiendaire de deux Prix Rideau pour meilleure conception de l’année dans la région d’Ottawa-Gatineau: On Verra du Théâtre du Trillium en 2016 et Les Passants, une co-production du GCTC et de la Catapulte en 2017. En parallèle, Chantal tourne à l’international avec la Compagnie Marie Chouinard et assiste l’éclairagiste Nicolas Ricard dans plusieurs productions, événements et festivals.

Helen Rainbird a commencé sa carrière au Centre national des arts et a ensuite travaillé au Stratford Festival Theatre et au Banff Centre for the Arts, où elle a effectué un stage d’un an en études de costumes historiques / coupe / drapage. En 1988, elle déménage à Montréal et effectue des contrats en tant que costumière au Théâtre du nouveau monde, au Cirque du soleil, à l’Opéra de Montréal et à l’École nationale de théâtre du Canada où elle travaille et enseigne les arts du costume pendant 11 ans. Les designs d’Helen incluent plusieurs films et 12 ans en tant que designer pour la saison estivale de Théâtre Lac Brome. Ses crédits de danse comprennent des collaborations avec Natasha Bakht, Roger Sinha, Natalie Derome, Ireni Stamou, Jeff Hall et Yvonne Coutts de la Ottawa Dance Directive. Résidant maintenant à Chelsea, Québec, Helen a établi un studio de travail en tant que concepteur de costumes et bâtisseur.

2de œuvre - 30 minutes

Tanveer Alam

Éclosion

Ce jeune virtuose bangladeshi-canadien cherche à éveiller son corps et son esprit. Inspiré par Kumudini Lakhia, figure de proue du kathak, il se questionne: «Que puis-je apporter à cette danse? Pourquoi a-t-elle besoin de moi?» Porté par une trame électronique, il cultive une temporalité non-linéaire, délaissant la structure de la musique classique indienne. Il s’exprime par motifs rythmiques, fusionnant émotion et composition. Sa danse viscérale et nuancée se déploie dans l’espace, mais aussi dans les profondeurs de son corps. Le danseur se réinvente à travers la danse.

Chorégraphe et interprète Tanveer Alam

Œil extérieur Andrea Roberts, Julia Sasso

Conceptrice lumière Chantal Labonté

Éclosion a commencé avec le désir de trouver différentes manières d’utiliser le vocabulaire du Kathak, une forme de danse classique indienne. Aujourd’hui, nous parlons beaucoup d’amener ces formes de danse classique indienne dans la modernité. En d’autres mots, les rendre accessibles à un public contemporain. 

Je pense que ces formes évoluent déjà avec le temps, comme beaucoup d’autres formes de danse à travers le monde, donc je n’avais pas besoin de Kathak pour passer à la modernité, mais j’avais besoin de trouver ma propre voix. Kumudini Lakhia, une pionnière des innovations du Kathak m’a une fois demandé «Pourquoi le Kathak a-t-il besoin de toi? Qu’est-ce que tu apportes au style?» Ces questions ont été l’essence de ce travail. Avec ces pensées qui résonnent constamment dans ma tête, Éclosion a été pour moi un moyen de découvrir ce que le Kathak signifie pour mon corps. Pour l’instant au moins…

Originaire de Montréal, Tanveer Alam a commencé sa formation en danse kathak, une forme de danse classique indienne, avec Sudeshna Maulik. Tanveer a ensuite développé son style sous la direction de son gourou Sandhya Desai, sous lequel il a absorbé les nuances les plus fines. En septembre 2016, Tanveer s’est joint au School of Toronto Dance Theatre. Il en est à sa troisième année d’études en danse contemporaine. Tanveer a également participé à divers ateliers et a exploré les différentes facettes du kathak avec des maitres tels que Pandit Birju Maharaj, Kumudini Lakhia et Nahid Siddiqui. Tanveer a dansé professionnellement à travers le Canada et a eu l’occasion de fouler la scène dans les œuvres de plusieurs maîtres chorégraphes tels que Pandit Birju Maharaj, Danny Grossman, Rina Singha et Janak Khendry. Récemment, il a présenté ses œuvres au Festival Orientalys, Ragamala Calgary, London Dance Festival, Great India Festival et à bien d’autres. Danseur passionné et charismatique, ses performances démontrent son amour pour la danse.

Originaire de Windsor en Ontario, Chantal Labonté est diplômée du Département de théâtre de l’Université d’Ottawa ainsi que du programme de Production de l’École nationale de théâtre du Canada (ÉNTC). Elle se spécialise en conception d’éclairages aussi bien du côté du théâtre francophone qu’anglophone. Depuis sa sortie de l’école, elle a la chance de travailler avec Adrienne Wong, Isabelle Leblanc, Joël Beddows, Pier Rodier, Christian Lapointe, Leticia Vera, Jean-Stéphane Roy, ainsi que des metteurs en scène émergents comme Frederic Sasseville-Painchaud, Clara Prévost, Rebecca Vachon et Éric Perron. Elle est aussi récipiendaire de deux Prix Rideau pour meilleure conception de l’année dans la région d’Ottawa-Gatineau: On Verra du Théâtre du Trillium en 2016 et Les Passants, une co-production du GCTC et de la Catapulte en 2017. En parallèle, Chantal tourne à l’international avec la Compagnie Marie Chouinard et assiste l’éclairagiste Nicolas Ricard dans plusieurs productions, événements et festivals.