Forces connexes

1. 2. 3 FÉVRIER | 19H30

4 FÉVRIER | 16H

Acheter

1 FÉVRIER | 19H30

2 FÉVRIER | 19H30

3 FÉVRIER | 19H30

4 FÉVRIER | 16H

Sur Facebook

[decoherence]

Jessie Garon / Vazari Dance Projects (Toronto)

25 minutes

À quoi pourrait ressembler l’enchevêtrement quantique sur scène ? Dans ce duo, des hommes interprètent littéralement – et métaphoriquement – l’interactivité atomique qui gouverne toute chose. Le mouvement est prédéterminé, mais le timing est improvisé. Tout au long de cette chorégraphie scientifique extrêmement physique, vibrations, synchronisation et chutes sont les schémas. Les danseurs portent de lourdes bottes de travail, évoquant une esthétique appesantie et enracinée où rien n’est décoratif. Le compositeur échantillonne et mixe en direct les sons créés par les danseurs. Alors que ceux-ci luttent pour avancer ensemble, des moments de tension et d’attention émanent de leurs efforts. Restant intensément connectés, ils traversent des disques de lumière vive, tels des organismes microscopiques dans une boîte de Petri.

Chorégraphie Jessie Garon avec les interprètes

Interprétation Jarrett Siddall, Guillaume Biron

Conception et performance sonores Lyon Smith

Scénographie et conception d’éclairage Jon Cleveland

Costumes Edna Reid

 

Nous croyons que la collision d’idées et de pratiques sert à créer un terrain fertile pour des concepts innovateurs. Nous débutons toujours par une pratique matinale qui est destinée à cultiver un espace créatif dans lequel nous pouvons être honnêtes les uns envers les autres. Quelque soit la friction créée, il en résulte automatiquement un beau produit. De cette façon, l’art surgit de notre passion et investissement personnel et collectif.
Mon intention est de créer des univers alternatifs à l’intérieur desquels nous pouvons partager une expérience corporelle collective, en portant notre focus sur la curiosité infinie de nos corps et en célébrant la beauté mais aussi la brutalité du banal. Nous racontons des histoires dans le but de construire un espace sacré qui unit l’interprète et le spectateur dans une réalité fondée par les deux partis. L’interprète devient un vaisseau important pour la compréhension de l’autre en invitant le spectateur à entrer ce nouveau monde et plonger dans le mystère de l’étranger.

Lyon Smith est gagnant d’un prix Dora et a reçu plusieurs nominations pour son travail de concepteur sonore. Sélection de conceptions sonores récentes : Hamlet, All’s Well That Ends Well, Taming of the Shrew et Liv Stein (Canadian Stage), Morro and Jasp 9 to 5 (Factory Theatre), The Last Donnelly Standing et If Truth Be Told (Blyth Festival), Elle (Theatre Passe Muraille), Venus’ Daughter (Obsidian Theatre), Beaver (Storefront Theatre), Sheets (Veritas Theatre), the Millennial Malcontent (Tarragon), and A City (Necessary Angel).

Jarrett Siddall est un artiste nommé aux prix Dora qui a commencé sa carrière avec les Ukrainian Shumka Dancers et le Citie Ballet à Edmonton. En 2012, Jarrett a obtenu un diplôme de L’École de Toronto Dance Theatre où il était lauréat du Hnatyshyn Foundation Developing Artist Grant. Suite à l’obtention de son diplôme, Jarrett a été membre de la compagnie de danse Toronto Dance Theatre durant cinq saisons, où il a travaillé avec Stephen Andrews, Susie Burpee, Peter Chin, Thomas Hauret, Ame Henderson, Christopher House, Heidi Strauss et Evan Webber. Comme artiste indépendant, il a joué avec Hit & Run Dance Productions, Joe Ink et Vazari Dance Projects, où il est aussi directeur de répétition et associé artistique.

Guillaume Biron est un artiste multidisciplinaire établi au Québec depuis maintenant plus d’une douzaine d’années. Il a été formé aux arts du cirque à l’École de cirque de Châtellerault en France et à l’École nationale de cirque de Montréal au Québec. Il a travaillé pour la compagnie Les 7 doigts de la main pendant 4 années puis a cofondé la Cie Tête d’Enfant avec laquelle il a codirigé et joué le spectacle Me, myself and us. Il travaille également en danse contemporaine en tant qu’interprète avec La Grande Fente, Vazari Dance Project et Stéphanie Decourteille. Le design sonore, la mise en scène et le travail chorégraphique sont aussi des domaines qu’il affectionne. Il s’emploie actuellement à la codirection artistique de la compagnie de cirque Throw2catch avec qui il conçoit et interprète des créations circassiennes.

Jessie Garon est une artiste de danse contemporaine basée à Toronto. Elle est diplômée de l’Edmonton School of Ballet et de l’École de Toronto Dance Theatre. En 2013, elle a complété un stage avec la ‘Ate9 dANCE cOMPANY’ de Danielle Agamis. Comme artiste indépendante, elle a travaillé avec ‘Anandam Dance Theatre’, Jennifer Dallas/Kemi Contemporary Dance Projects, Karissa Fyrrar/Polynomials, Lemi Ponifasio/MAU (Nouvelle-Zélande), Little Pear Garden Collective, ainsi que Serge Bennathan. En 2014, Garon a co-fondé la compagnie multidisciplinaire ‘Vazari Dance Projects’ (VDP) avec Anastasia Shivrina. Avec VDP, elle a depuis chorégraphié et produit les oeuvres #Hangman (co-création avec Anastasia Shivrina, 2014), [decoherence] (2015) et AS A BODY (2015). Son travail avec VDP a été présenté à travers le Canada, ainsi qu’en résidence au Winchester Street Theatre à Toronto et au Centre for Movement Arts à Calgary.

By The Skin of Your Teeth

Collectif [LE]CAP & Parts+Labour_Danse

30 minutes

Inspiré par le phénomène des trous noirs, ce duo vous plonge dans cet instant précaire entre mort et survie. La pièce adopte une approche poétique, transposant le céleste au corporel et au tangible. Incarnant autant la fragilité qu’une adrénaline combative, les corps ne gravitent et s’élèvent que pour mieux retomber, poussés jusqu’à l’épuisement. Cette parabole chorégraphique étire le point critique pour exposer des questions morales périlleuses.

Chorégraphes David Albert-Toth, Emily Gualtieri (Parts+Labour_Danse)

Interprète et gestionnaire principale du projet Marine Rixhon

Interprète et gestionnaire Anne-Flore de Rochambeau

Concepteur sonore Antoine Berthiaume

Concepteur des éclairages Jon Cleveland

Documentation du projet Ariane Dessaulles, Marie Mougeolle, Milan Panet-Gigon

Costumes David Albert-Toth, Emily Gualtieri, Marine Rixhon, Anne-Flore de Rochambeau

B.T.S.O.Y.T s’inspire d’une course effrénée entre un prédateur et sa proie. La pièce plonge dans ces secondes qui départagent vie et mort, où à la fois la proie peut encore s’échapper, et le prédateur la saisir. B.T.S.O.Y.T étire cet instant extrême, où l’on passe « à un cheveu » de voir nos vies basculer, dans un duo où les interprètes créent des tensions entre deux forces contraires : tensions corporelles ou spatiales qui maintiennent Anne-Flore de Rochambeau et Marine Rixhon dans un constant état d’alerte, dans une recherche d’équilibre, toujours précaire.
Face à ce jeu de funambule entre équilibre et chute, entre engagement et abandon, Marine et Anne-Flore sont amenées à faire appel à leur instinct, à écouter ce que leur dicte tantôt leur corps, tantôt leur raison. Plus largement, la pièce pose un regard sur les forces que l’on subit et qui influencent nos prises de décisions quand l’équilibre précaire de nos vies bascule. Sommes-nous des êtres de chair ou de raison ? Comment l’un et l’autre s’imbriquent quand un événement nous met face à l’in extremis ?

[LE]CAP est un collectif d’artistes en danse fondé en 2017 par Ariane Dessaulles, Marijoe Foucher, Marie Mougeolle, Marine Rixhon, Anne-Flore de Rochambeau et Liane Thériault. Il se donne pour objectif premier de porter et soutenir les projets de ses membres dans une dynamique de partage de ressources et de collaboration. [LE]CAP adapte ainsi sa structure aux exigences spécifiques de chacun de ses projets. Empruntant une démarche réflexive, [LE]CAP teste différents modèles de fonctionnement, qui interrogent à la fois la création, la production et les modalités de partage de l’œuvre avec le public. [LE]CAP s’auto-évalue périodiquement pour identifier les enjeux auxquels il fait face et s’investit activement dans sa communauté de pratique.

Explorant la nature sociale de l’individu, Anne-Flore de Rochambeau reflètent à travers ses compositions les mécanismes inconscients qui caractérisent nos interactions. La jeune chorégraphe habite l’espace d’une esthétique épurée où les corps incarnent un langage organique et intuitif, invitant le spectateur à un rapport plus sensoriel du corps.Anne-Flore développe sa pratique en tant qu’interprète et chorégraphe suite à une formation artistique à Paris, New York et Montréal (UQAM, Bacc Danse 2012). Parmis ses créations, le triptyque chorégraphique Dynamique des fluides voit ses différents volets présentés à Montréal et ses alentours (Tangente, Quartiers Danses, Zone Homa, Accès Danse), ainsi qu’à Toronto (Dance Matters) et en France (Auteurs de Troubles) et aboutira à une première représentation intégrale au printemps 2018. En parallèle, elle crée avec la chorégraphe Liliane Moussa « Alt-Shift », un laboratoire de création développant des œuvres chorégraphiques in situ et immersive, tel que leur projet Entrelacs qui a tourné avec succès en 2016 et 2017. La chorégraphe travaille présentement sur LORE, une nouvelle création participative pour 7 danseurs ainsi que sur le solo Fadeout dont une première étape a été dévoilée en 2017 aux festivals [dance : made in canada/ fait au Canada] et Quartiers Danses.

D’origine belge, Marine Rixhon habite à Montréal depuis 2009. Suite à une formation académique en danse classique et contemporaine suivie à Liège, à Toulouse et à Montréal (UQÀM, 2013), Marine développe sa pratique d’interprète aux côtés de divers chorégraphes : les Soeurs Schmutt, Anne-Flore de Rochambeau, Liliane Moussa, Léa Tremblay Fong ,ainsi que David Albert-Toth et Emily Gualtieri – Parts+Labour_Danse – à qui elle fait appel avec Anne-Flore pour la création du duo By The Skin of Your Teeth. Son parcours d’interprète l’amène à explorer un large éventail de visions artistiques et à danser dans différents festivals tant au Québec qu’à l’étranger. Marine est membre fondatrice du collectif [LE]CAP, regroupement d’artistes en danse contemporaine.

Fondée en 2011 par les co-créateurs Emily Gualtieri et David Albert-Toth, la compagnie montréalaise Parts+Labour_Danse a pour mandat de créer des expériences physiquement engageantes. Leurs œuvres se préoccupent des questions d’identité et de moralité : comment nous définissons-nous en relation au monde qui nous entoure, en fonction, ou encore malgré celui-ci? Ce duo cherche constamment à plonger plus profondément dans la formulation, la création et la présentation d’œuvres chorégraphiques contemporaines. Un intérêt sous-jacent pour les états transformateurs et leurs effets sur le corps en mouvement est au cœur de leur travail, accompagné d’un désir de redéfinir les partenariats dans divers modes de création. Parts+Labour_Danse s’est produite à travers le Canada. Son répertoire inclut The Calculated Risk Project (2011), In Mixed Company (2013) (Gagnant du prix Coup de pouce, festival VSLR 2015), le solo La chute (2013), nommé l’un des dix moments en danse les plus marquants de 2013 dans la publication The Dance Current et gagnant du Prix du publique du festival Dance : Made in Canada en 2015, et La vie attend (2017), co-produite par Danse-Cité et présenté au théâtre La Chapelle. La compagnie est actuellement en création de plusieurs nouvelles œuvres qui seront diffusées au cours de la prochaine année.

David Albert-Toth est danseur, chorégraphe, compositeur, et co-directeur artistique de Parts+Labour_Danse. Une disposition envers les collaborations artistiques éclectiques l’amène à performer à travers l’Amérique du Nord et l’Europe ; il collabore avec Frédérick Gravel, Human Playground,  Lemieux-Pilon 4D-Art et Peter Trosztmer, Emmanuelle Calvé, et Destins Croisés. Il contribue à des projets pluridisciplinaires avec le collectif CHA, Thibaut Duverneix, Dominique Porte, Julie Favreau, Moment Factory, et Danse Danse (avec Emily Gualtieri) en collaboration avec l’oeuvre de Olafur Eliasson et le Musée d’art contemporain de Montréal. En 2011, il s’engage à un partenariat avec Emily Gualtieri, avec qui il fond Parts+Labour_Danse. Leurs œuvres incluent In Mixed Company (2013, Prix Coup de pouce, festival Vue sur la relève 2015), La chute (2013, Top Ten 2013 – Dance Current, Prix du public, dance:made in canada 2015), et La vie attend (2017) co-produite par Danse-Cité et présenté à La Chapelle. Parts+Labour_Danse est actuellement sur plusieurs nouvelles créations qui seront diffusées prochainement.

Emily Gualtieri est chorégraphe et artiste en danse œuvrant à Montréal et à Toronto. Un intérêt marqué à la création la pousse à présenter de nouvelles œuvres à chaque saison depuis 2007. Après plusieurs années de création indépendante, elle s’engage à un partenariat avec David Albert-Toth, avec qui elle fond Parts+Labour_Danse en 2011. Leurs œuvres de 2013 In Mixed Company et La chute ont remporté plusieurs prix. Leurs œuvres ont été présenté à travers le Canada dans des festivals tels que Dance: Made in Canada, Guelph Dance, Expanse Festival, Quartiers Danses, POP Montreal, VSLR, Dance Matters, and St. John Contemporary Dance Festival. Depuis 2011, Emily a participé et a dirigé des résidences d’artistes à Montréal, Toronto, Banff, Halifax, Massachusetts, and Berlin. Emily signe également À la prochaine (2013), une commande de Older & Reckless interprété par Ginelle Chagnon, Re:Pairing (2015), une production Danceworks CoWorks pour laquelle elle a été nominée pour un prix Dora, et Stealing Fire (2016) une commande de Mocean Dance. Emily a récemment présenté La vie attend (2017), un co-production de Danse-Cité et Parts+Labour_Danse présenté au théâtre La Chapelle, et est présentement sur plusieurs nouvelles créations en tant que chorégraphe et dramaturge.

Montréalais d’origine, Antoine Berthiaume est un guitariste/compositeur actif dans le milieu de l’improvisation, de la musique contemporaine et de la danse. Son travail s’est enrichi de collaborations avec des créateurs du milieu de la danse contemporaine, notamment Annie Gagnon, Thierry Huard, Aurélie Pédron, Audrey Bergeron, Louis-Élyan Martin, Audrée Juteau, Alan Lake et Louise Lecavalier. On le retrouve sur une douzaine de parutions sur les étiquettes Ambiances Magnétiques, Audiogram, Vos Records (Japon), Incus Records (Angleterre), Sainte-Cécile, SONY et Starkland.

PARTENAIRES DE BY THE SKIN OF YOUR TEETH

Résidences offertes par