Spectacle des étudiants de 3e année de l'EDCM

13. 14. 15. 16 DÉCEMBRE | 19H30

Cru d'automne

Lucy May, Jacques Poulin-Denis, Helen Simard

105 minutes

La série de spectacles Cru d’automne, présentée par les danseurs de 3e année de l’École de danse contemporaine de Montréal, se veut un véritable incubateur pour la jeune création contemporaine. Les chorégraphes Lucy May, Jacques Poulin-Denis et Helen Simard y présentent des œuvres aussi distinctes qu’actuelles.

Direction artistique Lucie Boissinot

Direction des répétitions Hélène Leclair

Éclairages Karine Gauthier

Costumes Sarah Dubé, Jonathan Saucier

Chorégraphes Lucy May, Jacques Poulin-Denis, Helen Simard

Interprètes Cassandra Ascalon-Soenen, Jasmine Bouchard, Alexandra Caron, Nimikii Couchie, Angélique Delorme, Yakhoub Dramé, Pamela Berenice Gomez Widman, Pénélope Gromko, Mathilde Heuzé, Caroline Namts, Thibault Rajaofetra, Raphaëlle Renucci, Silvia Sanchez, Flora Spang Marilou Théberge

Artiste en danse contemporaine, enseignante et écrivaine Lucy M. May s’est établie à Montréal en 2003. Elle développe depuis plusieurs années des projets chorégraphiques pour l’écran, le papier, l’in-situ et la scène. Présentement, elle développe des performances (Vivarium; Esemplastic Landing; reaching over a brink of darkness, folding open to a starlight trepanation) qui questionnent comment les environnements géo- et bio-sociaux se tissent au mouvement humain. Elle imagine son propre corps mouvant comme un lieu de rencontre, là où théories et conversations confluent avec le proximal, le tactile, le sensuel. Lucy était membre de la Compagnie Marie Chouinard pendant sept ans, et à titre de danseuse pigiste a travaillé avec Margie Gillis, Alejandro De Leon, Sasha Kleinplatz et des chorégraphes travaillant au Nouveau-Brunswick, sa province natale. Elle danse, émerveillée par ce qui relie le micro au macro, le macro au micro. Lucy a étudié à l’École de danse contemporaine de Montréal et Codarts aux Pays-Bas.

Jacques Poulin-Denis est compositeur, chorégraphe et interprète. Il entreprend, depuis 2004, des projets qui brouillent les frontières entre la danse, la musique et le théâtre. Par ses œuvres humanistes et loufoques, il cherche à déployer la puissante vulnérabilité des personnages auxquels il donne vie. Avec plus de douze créations à son actif, le travail de Jacques Poulin-Denis a été présenté dans une vingtaine de villes canadiennes ainsi qu’aux États-Unis, en Europe et en Asie. Artiste associé du théâtre La Chapelle de 2012 à 2016, il s’est, entre autres, mérité une résidence de création de deux mois dans le cadre du festival Tanz Im August à Berlin, en plus de diverses périodes de recherche chorégraphique à Montréal, Victoria, Vancouver, Bassano et Séoul. Il développe une approche de création interdisciplinaire qu’il enseigne régulièrement sous forme d’ateliers. Il est un proche collaborateur de la chorégraphe Mélanie Demers, avec qui il travaille à titre d’interprète et compositeur pour la majorité des pièces de sa compagnie, Mayday, depuis 2006. Jacques Poulin-Denis est récipiendaire des prix Isadora Duncan Dance Awards de San Francisco en 2004 et le Saskatoon Area Theater Awards en 2009.

Helen Simard œuvre dans le milieu de la danse depuis 2000 en tant que chorégraphe, interprète, répétitrice et chercheure. De 2000 à 2012, elle est chorégraphe et interprète avec Solid State Breakdance et participe à la création collective de neuf œuvres chorégraphiques présentées à travers le Canada et l’Europe. Depuis 2012, elle travaille comme chorégraphe indépendante et s’inspire de l’esthétique punk et la musique live pour créer ses spectacles interdisciplinaires : On the Subject of Compassion (2011), NO FUN (2014), Mouvement sans/100 manifestes (2014) et IDIOT (2017), présentés par Tangente Danse, Studio 303, La Chapelle, Phénomena et Festival Quartiers Danses à Montréal, ainsi qu’au Guelph Contemporary Dance Festival, SummerWorks (Toronto), Dancing on the Edge (Vancouver) et KISMIF (Portugal). Elle collabore également en tant que répétitrice avec Tentacle Tribe, Sébastien Provencher, Greg Selinger et Victoria Mackenzie. Bachelière en danse contemporaine de l’Université Concordia (2000), Helen a une maîtrise en danse de l’UQAM (2014) et y est doctorante en Études et pratiques des arts.